RAPHAEL PITTI, UNE VOCATION AU SERVICE DES AUTRES

Naissance à Oran, carrière militaire aux quatre coins du monde en passant par Djibouti, les Comores, le Golfe, le Tchad, la Syrie… Il partage ses valeurs et son engagement total partout « où l’humanité le porte ». Raphaël PITTI, portrait d’un incroyable médecin engagé.

Crédits photographiques: Deborah Dubost-Sakhi

 

Raphaël PITTI est un ancien médecin militaire, anesthésiste-réanimateur et professeur agrégé de médecine d’urgence. Il est né en 1950 d’un père d’origine italienne et d’une mère sicilienne à Oran. Jusqu’à 12 ans, il vit en Algérie lorsqu’il fuit la guerre pour Marseille.

A seize ans il apprend à soigner dans un dispensaire et c’est à Nice qu’il décide de faire ses études de médecine. Il s’engage aussi en tant que pompier volontaire puis part pour son service militaire. Il reste dans l’armée en tant que médecin capitaine puis intègre les commandos où il effectue deux séjours de six mois à Djibouti avant de préparer la spécialité d’anesthésie-réanimation. Il se forme à l’examen terminal de cette spécialité à l’hôpital d’instruction des armées Clermont-Tonnerre et il est affecté à l’hôpital de Saint-Pierre-et-Miquelon en 1985.  En 1989 il se déplace à Rennes d’où il est envoyé aux Comores, au Tchad ou dans le Golfe.

Il obtient son affectation à l’hôpital des armées Legouest à Metz. Il sera ensuite missionné par l’Etat afin de développer une formation à la médecine d’urgence en France et créer pour cela plusieurs formations. Le médecin se trouve par la suite confronté au drame des migrants en allant à Lampedusa.

Enfin, en septembre 2012, il entend le témoignage d’un médecin urgentiste syrien, fondateur de l’UOSSM (Union des Organisations des Secours et Soins Médicaux), qui raconte les exactions que subit le personnel hospitalier en Syrie par le régime de Bachar el-Assad. Raphaël PITTI décide alors soudainement de partir en Syrie. Il adhère alors à l’UOSSM et crée une section de formation pour l’organisation des hôpitaux et des soignants syriens. S’en suivront une vingtaine de voyages clandestins en Syrie pour venir en aide à la population syrienne et aux soignants.

Mathieu Duval