Loup Bureau : Un journaliste français prisonnier en Turquie

Le 12 octobre 2019, nous nous sommes rendus au salon du livre du Prix Bayeux Calvados-Normandie des correspondants de guerre. Nous avons pu interviewer Loup Bureau, journaliste français qui a été emprisonné dans une prison turque durant cinquante-deux jours en 2017.

Crédits photographiques : Mathilde Laurent

Une arrestation surprise

Loup a été arrêté lorsqu’il essayait de traverser la frontière turque pour se rendre en Irak. Il s’est fait retenir par des policiers au sujet des nombreux tampons dans son passeport qui viennent de pays dits « sensibles ». Les forces de l’ordre l’ont alors contrôlé et ils se sont rendus sur ses comptes de réseaux sociaux.

Une photo datant d’un reportage de 2013 leur a alors posé problème. Sur cette image, on peut voir Loup avec deux membres des combattants YPG syriens (Yekîneyên Parastina Gel en kurde et Unités de protection du peuple en français), groupe considéré comme terroriste en Turquie. Le français a été surpris car il ne pensait pas que ce reportage pourrait lui causer un quelconque préjudice  : « Je pensais que c’était derrière moi ».

Cinquante-deux jours d’emprisonnement

Le journaliste a été transféré à Sirnak en garde à vue. Il y reste six jours puis est jugé et condamné à vingt-cinq ans de prison pour terrorisme. Il passe alors quarante-cinq jours dans une prison sous haute surveillance. Ces jours, où il était emprisonné, étaient durs car les gardiens n’hésitaient pas à l’humilier. Grâce à une mobilisation des autorités françaises et de certaines associations comme RSF (reporters sans frontières), Loup a été libéré le 17 septembre 2017. Lorsque le journaliste a appris sa libération, il avait une appréhension, doutant de la véracité de cette information. Une fois dans l’avion, il « retrouvait [sa] liberté ». Selon lui, sa nationalité française a beaucoup fait dans sa libération et dans son traitement en prison.

Désormais, il ne peut plus travailler au Moyen-Orient car il est désigné comme « menace nationale » en Turquie. Les quelques mois suivants son retour ont été difficiles. De nombreux flashbacks le hantaient et il a dû aller voir un psychologue. Aujourd’hui, il est employé à TV5 Monde et continue ses travaux journalistiques, notamment, en Ukraine. Il espère que son livre lui permettra de tourner la page de cet événement.

 

 

 

Lisa Lemardelé