Alep Machine, une exposition Prix Bayeux

Dans le cadre du prix Bayeux des reporters de guerre, la ville de Bayeux se remplit d’expositions saluant le travail de ces journalistes, ainsi que d’artistes qui illustrent les conflits frappant l’Iran, la Syrie et bien d’autres pays. Pour le dernier jour de cette semaine consacrée au journalisme de guerre, un Salon du livre avait lieu, permettant à différents journalistes de présenter des livres issus de leurs expériences. Nous avons pu rencontrer à cette occasion Cécile Hennion, auteur de l’ouvrage « Le fil de nos vies brisées » et Commissaire de l’exposition « Alep Machine ».

Restaurer la parole volée

Avec son livre Le fil de nos vies brisées, Cécile Hennion souhaite « restaurer la parole volée ». Ce livre donne la parole à des civils syriens, notamment à Alep. Elle a recueilli des témoignages de personnes dont la guerre est le quotidien, afin de montrer la dimension humaine de la guerre, comment elle est vécue par ces gens, qui ne sont pas de soldats, mais de simples citoyens.

Exposition Alep Machine
Crédits photographiques:
Mathilde Laurent

Un livre et une exposition

Ce livre a donné lieu à une exposition, Alep Machine, dans la salle d’exposition du Radar de Bayeux. Elle rassemblait le travail de plusieurs artistes, avec des peintures, photos, et des reproduction de tags qu’on peut voir dans les rues d’Alep. Il y avait également une maquette géante de la « ville idéale », très colorée avec beaucoup de verdure. En montant l’escalier pour accéder à la deuxième partie de l’exposition, on accède à une petite salle à peine éclairée, où est affichée une liste des disparus en Syrie. La liste, interminable, qui commence au plafond et se termine sous nos pieds, est très marquante. L’escalier, lui est recouvert, de paroles appelant les soldats à cesser le conflit, et les Européens à cesser d’être aveugles à les aider. Le deuxième étage abrite d’autres œuvres, notamment une représentation saisissante des bombardements d’Alep dans le style de Guernica.

Exposition Alep Machine
Crédits photographiques:
Deborah Dubost-Sakhi

Cette interview et cette exposition permettent  de comprendre un peu mieux ce que vit la population dans ce conflit, et de se mettre à leur place. Cela nous semble si loin, et pourtant c’est au bord de l’Europe, et des milliers de gens qui sont comme nous en souffrent tous les jours. C’est important qu’on se rende compte de ce que cette guerre représente pour eux.

Claire Loilier