Revue de presse du 26/06/2020 : Des jouets contre Poutine

Crédits photographiques : Dimitro Sevastopol

Cette semaine, dans la plupart des villes de Russie, on peut observer une scène très originale : des jouets placés dans la rue, brandissant des slogans protestant contre le président russe Vladimir Poutine, ou plus précisément, contre l’organisation d’un référendum grâce auquel il pourrait « rester au pouvoir jusqu’en 2036, il aura alors 84 ans. »1, selon Anthony Bellanger, journaliste pour France Inter. De plus, cette « consultation du peuple » « renforce considérablement les pouvoirs du président, en plaçant le judiciaire et la « gestion générale du gouvernement » sous le contrôle du Kremlin »2, selon Le Monde. Elle propose aussi des mesures sociales, mais aussi et surtout conservatrices et nationalistes selon le journaliste auteur de l’article, Benoît Vitkine, interdisant fermement le mariage homosexuel, et réaffirmant le pouvoir de l’Église orthodoxe.

Depuis l’annonce de ce référendum qui refuse de se déclarer comme tel, les autorités ont mené une campagne massive de désinformation, mettant en lumière les « valeurs » soutenues par ces mesures et occultant ces réformes institutionnelles renforçant encore l’autorité de Poutine, qui s’exprime pourtant de façon peut claire sur ce sujet, déclarant par exemple«ne pas exclure de se représenter en 2024»2. Le Kremlin va encore plus loin que les campagnes de désinformation, et a organisé un défilé militaire sensé célébrer la victoire russe contre les Nazis lors de la fin de la Seconde Guerre Mondiale, mais qui vise surtout à inciter au vote lors du scrutin qui se tiendra officiellement le 1er juillet, selon France 24. Avec le même objectif, de nombreuses villes ont organisé des loteries et autres animations près des bureaux de votes. « Dans le cas d’un référendum formel, ces pratiques auraient pu être associées à des achats de voix. »2déclare Le Monde, et ils ne sont pas les seuls à le penser, puisque « selon un sondage de l’institut VTsiOM, seulement 42 % des Russes croient à un scrutin honnête et feront confiance aux résultats. »2

Si cela explique les protestations des Russes, cela n’explique pas les poupées, peluches mais aussi fruits ou légumes placés dans des rues vides de manifestants. En revanche, l’interdiction des manifestations anti-référendum l’explique. D’ailleurs, « ce n’est pas la première fois que ça arrive ! Des manifs de figurines ont déjà eu lieu en Russie : c’était en 2012 à Barnaul, une ville de Sibérie»1. Avec ces jouets comme supports de leurs pancartes, des associations anti-poutine contourne l’interdiction et illustrent leur sentiment d’être « traités –au mieux- comme des enfants »1, protestant contre les mesures mais aussi le contexte du référendum : la covid 19 est encore très présente dans ce pays dont le nombre de morts est le troisième plus important au monde.

Claire Loilier

Sources

1 : « Poutine, t’es foutu, les poupées sont dans la rue », émission d’Anthony Bellanger pour France Inter, le 24/06/2020 :https://www.franceinter.fr/emissions/les-histoires-du-monde/les-histoires-du-monde-24-juin-2020

 

2 : La Russie aux urnes pour un référendum permettant à Vladimir Poutine de rester au pouvoir au-delà de 2024, article de Benoît Vitkine pour Le Monde, 24/06/2020 : https://www.lemonde.fr/international/article/2020/06/24/entre-referendum-et-plebiscite-le-vote-sur-mesure-orchestre-par-vladimir-poutine_6044067_3210.html

En Russie, défilé militaire et patriotisme à l’aube du référendum de Vladimir Poutine, article de France 24, le 24/06/2020 : https://www.france24.com/fr/20200624-en-russie-défilé-militaire-et-patriotisme-à-l-aube-du-référendum-de-vladimir-poutine