Variations autour d’une photo 1

Cette année, les élèves de 2nde 1 ont été sélectionnés pour participer à l’écriture du journal Citoyens du Monde, distribué pendant la Cérémonie de clôture du Prix Bayeux et envoyé dans tous les établissements de l’Académie. Ils ont choisi de travailler sur deux photos du reportage de Patrick Chauvel primé l’année dernière : 

Crédits photographiques : Patrick Chauvel

                                                                                              Rouges et noires

Cette photo a été saisie suite à la prise de Baghouz pendant le conflit opposant les djihadistes et les forces Kurdes soutenues par les Forces Spéciales françaises, américaines & britanniques.

Sur le cliché, on observe un enfant russe, seul, abandonné. En effet, il est orphelin puisque ses parents ont probablement été tués dans un bombardement. Patrick Chauvel nous a appris que ce petit garçon désorienté  a cherché désespérément trois jours durant, nuits et jours en pleurant, ses parents.

En observant cette photo, on ressent un sentiment de tristesse et de compassion. On s’interroge sur ce qu’il adviendra de lui et les raisons pour lesquelles personne ne lui vient en aide. Patrick Chauvel nous apprendra plus tard que l’enfant délaissé a été emmené dans un camp loin de là où les femmes djihadistes et leurs enfants survivent dans des conditions insalubres.

Concernant l’arrière plan composé d’un groupe de femmes de terroristes toutes vêtues d’une burka , elles nous inspirent un sentiment de crainte, d’oppression. Ce groupe est impressionnant.

BEUGNOT Hermine, LAIR Armand-François, MASSE Louis & VIELPEAU Thomas


                                                                        Perdu, au milieu de ce monde en guerre

Sur cette photographie, l’œil est attiré par un petit garçon blond, qui est l’élément central. Il contraste avec l’arrière plan où l’on peut voir des femmes djihadistes. Il semble perdu, seul et pensif au milieu de celles-ci, qui l’observent indifférentes. Cette photo dégage un fort sentiment de solitude. Elle est bouleversante, attristante et nous pousse à nous remettre en question sur la guerre et les liens parents-enfants  .

En effet,  leur égoïsme a emmené les enfants dans des zones dangereuses nous touchent particulièrement. Ils mettent la vie de ces êtres innocents et totalement neutres dans le conflit, en danger.

Un petit frère perdu

Le fait d’imaginer que l’enfant de la photo puisse être notre petit frère nous fait mal au cœur. A nos yeux, il n’est pas normal que des enfants, si jeunes, soient amenés  à vivre ce genre de situation.

On apprendra plus tard par Patrick Chauvel, que ce petit garçon russe cherchait ses parents, nuit et jour dans le camp, où il a été accueilli par des femmes kurdes. Ses parent avaient été tués dans un bombardement quelques jours auparavant.

Nous nous sentons impuissants face à la situation, tout comme Patrick Chauvel, qui nous a fait part des son ressenti :” J’ai assisté, impuissant à la scène.”

BUFFARD Juliette, DEBASLY Mathilde, GIZON Roxane, LEMOINE Honorine, LESCOT Eléonore, MAJJAD Zaïnab & SALLIOT Lucie