Revue de presse du 13 novembre : La victoire de Joe Biden

Crédits photographiques : Gage Skidmore from Peoria, AZ, United States of America

La victoire de Joe Biden ce samedi signe la fin de 4 jours d’angoisse, et de 4 années agitées à la Maison Blanche.

Ses partisans ont célébré cet évènement avec de cris de joie à travers toute l’Amérique comme le souligne un article de France 24 publié ce dimanche 8 novembre. Les rues de Washington notamment avaient des « airs de fêtes » : klaxons, tambours, danses, champagnes et feux d’artifices marquent le soulagement et l’espoir de la population.

Ancien vice-président de Barack Obama, Joe Biden s’engage à « être un président qui rassemble et non qui divise », un pacificateur en chef, qui comme il l’a dit lui même dès le début de sa campagne a la volonté de « restaurer l’âme de la Nation ».

Comme le cite un article du Monde publié le 9 novembre, le nouveau président, « guérisseur »  affiche ses priorités : « le combat contre la pandémie de Covid-19, la reconstruction économique,  la justice raciale et la lutte contre le changement climatique. »

Pendant que Trump joue au Golf en Virginie, Biden ne perd pas de temps.  « Le premier acte de la transition du démocrate a ainsi été de mettre en place une cellule de crise pour tenter de juguler la pandémie du Covid-19 dans son pays de loin le plus affecté de la planète. » Comme nous pouvons le lire dans un article du Monde du 9 novembre.

Le nouveau président, et Kamala Harris incarnent tout ce que conspue Trump. La sénatrice de Californie a pourtant avec cette élection franchi une étape historique dans l’histoire de l’Amérique en étant la première femme élue au poste de Vice-Présidente et également la première personne afro-américaine et d’origine asiatique. Elle présente une lueur d’espoir elle-aussi au peuple américain.

Par ailleurs, ce weekend a été un véritable cauchemar pour Donald Trump qui depuis le début a fait du succès le cœur de son discours. Entre liesses populaires pour Joe Biden, pancartes hostiles à son encontre, doigts d’honneur levé sur son passage à Washington, Trump semble bien isolé. Des fidèles soutiennent tout de même toujours avec acharnement celui-ci et sa bataille juridique. Ils collectent ainsi  des fonds activement dans le but de payer en parti les frais d’avocats. Son équipe a déposé de multiples poursuites pour fraude électorale mais  celles-ci risquent de ne pas aboutir. Sa carrière politique n’a plus un avenir sûr, après ce weekend.

Néanmoins, une chose semble certaine :  bien que dans le déni de sa défaite, Trump doit réfléchir à sa retraite. Il devra bien un jour ou l’autre laisser sa place à la Maison Blanche à Biden et mettre un terme au chaos causé par son seul mandat. ‘This is the time for America to heal’ dit ce dernier dans son premier discours en tant que président, il est temps que l’Amérique guérisse, enfin.

Clara Coudert