UN CHAMPION DE FRANCE DE TAEKWONDO AU LYCEE

Crédits : Karon Magwood

Il est champion de France de Taekwondo, il a 16 ans et il est au lycée. Il s’appelle Tristan Hery. Voici un aperçu du parcours et du quotidien d’un jeune garçon talentueux et motivé.

Qu’est-ce que le taekwondo technique ?

Vous pouvez le croiser dans les couloirs sans vous douter un seul instant qu’il est en fait détenteur du titre de champion de France de taekwondo technique. Sport encore peu connu il y a quelques années et qui n’a cessé de faire des adeptes, Tristan explique qu’on différencie le combat de la technique. Cette dernière pratique consiste en des « enchaînements codifiés très précis qui demandent pas mal de rigueur à cause des nombreuses répétitions pour avoir un mouvement “parfait” ».

Le taekwondo comme puissance libératrice et catalysante

C’est en février dernier à Lille qu’il a reçu ce titre dans la catégorie junior, qui représente les jeunes de 13 à 17 ans. Et ce n’est pas sans expérience qu’il a décroché cette distinction puisqu’il a commencé la pratique de ce sport a l’âge de 6 ans sur Caen pour s’« affirmer mentalement mais aussi physiquement » confie-t-il, pour vaincre entre autre sa timidité et mieux s’épanouir quand il était petit. Une pratique qui demande beaucoup de temps arrivé à un tel niveau d’exigence et qui s’élève pour Tristan a 5 heures par semaine. Maintenant membre du club RogueKwon localisé à Paris, le taekwondoïste s’entraîne chez lui 3 heures par semaine par visio, et part à la capitale le week-end pour profiter des corrections de son maître au cours d’une leçon de 2 heures.

On pourrait penser à première vue qu’une pratique aussi intensive est un obstacle ou du moins un frein à sa réussite scolaire, mais c’est tout le contraire. Il explique : « Le Taekwondo ça m’a aidé à me canaliser et ça m’a aidé pour l’école. Vu que je n’ai pas beaucoup de temps avec les entraînements je travaille assez vite ».

Des championnats de France aux mondiaux…ou presque

Sport originaire de Corée : c’est pour aller apprendre et s’inspirer des « meilleurs des meilleurs » qu’il est parti s’entraîner deux semaines au pays du taekwondo. Un stage intense avec « plus de cinq heures d’entraînement tous les jours sauf le dimanche ». Selon lui, c’est en partie grâce à ça qu’il a pu progresser et devenir champion de France.  Et justement, après le titre de champion de France, vient bien sûr le titre de champion du monde. Les mondiaux devaient se dérouler en mai dernier au Danemark, auxquels il devait participer, mais c’était sans compter le passage mal venu d’un certain covid-19. Ils ont donc été reporté puis annulés. Néanmoins, un open a été organisé en ligne mais « c’est différent » pour Tristan, qui se dit tout de même moins stressé que face à un public. Il est arrivé jusqu’aux huitièmes de finale, il faut dire que face aux coréens même un champion de France ne fait pas encore le poids.

Tous nos espoirs sont cependant portés sur ce jeune athlète prometteur, qui décrochera nous lui souhaitons un jour le titre de champion du monde.

Mathieu Duval