Cérémonie du Prix Liberté

“Loujain, tu n’es pas oubliée. La mobilisation continue. La jeunesse mondiale te soutient. Ton combat c’est aussi le leur.”

Après la jeune militante pour le Climat Greta Thunberg en 2019, le Prix Liberté 2020 a été décerné vendredi 2 octobre à l’occasion du Forum mondial Normandie pour la paix, à Loujain Al-Hathloul, militante saoudienne pour les droits des femmes. Étant donné que la jeune femme de 31 est incarcérée depuis deux ans pour avoir bravé l’interdiction pour les femmes de conduire une voiture, ce sont ses sœurs qui étaient présentes pour la cérémonie.

Crédit photographique : Mathieu Duval

Le Prix Liberté, dispositif d’éducation à la paix, à la liberté et aux droits de l’Homme, de la Région Normandie en partenariat notamment avec l’Institut International des Droits de l’Homme et de la Paix, propose aux jeunes de 15 à 25 ans du monde entier de désigner chaque année une personne ou une organisation engagée dans un combat récent et exemplaire en faveur de la liberté. Ancré dans les valeurs portées par le Débarquement allié, le Prix Liberté constitue un hommage à tous ceux qui se sont battus et continuent de se battre pour un idéal de liberté.

Il s’articule autour d’un dispositif éducatif en 3 grandes étapes, favorisant l’implication des jeunes d’un bout à l’autre du processus soit dans le cadre de leur parcours de formation, soit sur leur temps personnel :

  • Un appel à candidatures pour proposer des personnalités ou des organisations
  • Un jury pour sélectionner les trois candidats finalistes
  • Un vote numérique pour élire le ou la lauréat(e)

Cette année, c’est Barbara Hendricks qui a remis le prix aux sœurs de Loujain, Lina et Alia Al-Hatloul en son nom. Le trophée réalisé par le lycée Napoléon de L’Aigle et la récompense du prix de 25 000 euros en faveur des causes que Loujain Al Hathloul défend.

Près de 5500 jeunes  ont participé au vote qui a pris fin le 6 juin 2020. Loujain est désignée lauréate du prix avec 42,2 % des voix, tandis que les deux autres finalistes Père Pedro Opeka, luttant contre la pauvreté à Madagascar, et Nasrin Sotoudeh, défendant les droits de l’Homme en Iran, ont obtenu respectivement 29,3 % et 25,3 % des voix. La nomination de Loujain Al Hathloul a été proposée par les jeunes du CIFAC de Caen et du lycée Charles de Gaulle de Caen.  C’est ainsi dans un discours plein d’émotion, que les sœurs de Loujain ont accepté le prix : “La jeunesse mondiale est en première ligne pour défendre les valeurs universelles, au premier rang desquelles, la liberté. De voir aujourd’hui la mobilisation de cette jeunesse donne de l’espoir, pour ma sœur, pour sa cause, pour celles et ceux qui luttent pour un monde juste, ouvert, inclusif, tolérant.”

Le 28 décembre 2020, la France a demandé la “libération rapide” de Loujain, récemment condamné à cinq ans et trois mois de prison par un tribunal spécialisé dans les affaires antiterroristes.

Pour en savoir plus :

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/12/28/la-militante-saoudienne-loujain-al-hathloul-condamnee-a-cinq-ans-et-huit-mois-de-prison_6064665_3210.html

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/12/28/la-militante-saoudienne-loujain-al-hathloul-condamnee-a-cinq-ans-et-huit-mois-de-prison_6064665_3210.html

https://www.2idhp.eu/actualites/433-prix-liberte-2020—retour-sur-la-ceremonie-de-remise-du-prix.html

https://www.francebleu.fr/infos/international/normandie-pour-la-paix-le-prix-liberte-decerne-a-une-jeune-militante-saoudienne-1601654635

Clara Coudert