Revue de presse du 29 Janvier : GameStop, quand les particuliers s’affirment à la bourse

L’entreprise américaine GameStop, équivalent américain de l’entreprise Micromania en France, fait face depuis le mercredi 27 Janvier à des montagnes russes sur la valeur de ses actions en bourse.

Le groupe GameStop perd de la valeur depuis plusieurs années. L’enseigne étant spécialisée dans la vente de jeux-vidéos en version physique est mise à mal par la numérisation des dits jeux. A cause de difficultés financières, l’entreprise a dû ouvrir ses actions aux particuliers. Dans les différentes “options” possibles à la bourse, la pratique de la vente à découvert semblait la meilleure, elle est en action depuis 2015. Celle-ci consiste à « emprunter puis vendre des actions en anticipant une chute de leurs cours afin de les racheter moins cher à une date ultérieure et d’engranger un profit conséquent » vulgarise un article, le 27 Janvier du journal La Voix Du Nord.

Avec cette technique, le groupe Melvin Capital et d’autres traders « pariaient » sur la chute de l’enseigne GameStop depuis plusieurs années n’améliorant pas la situation de celle-ci. Cependant, vendredi dernier, plusieurs milliers utilisateurs du réseau social Reddit décident de miser sur l’amélioration des fonds financiers de l’entreprise afin de la sauver. Ces personnes qualifiées de « petits boursicoteurs » par le journal Marianne signifient une « victoire contre les gros spéculateurs » selon le rédacteur de l’article Bruno Rietch.

L’action du groupe a alors augmenté de 135% ruinant Melvin Capital qui misait sur la décroissance de celui-ci. La société habituée de la bourse décide de « jeter l’éponge » mercredi dernier après une perte d’environ 5 milliards de dollars selon le même article du journal Marianne. Cette perte fait tomber en faillite l’entreprise qui est obligée de demander des fonds à ses concurrents. Les grands groupes sont en train de racheter les actions des particuliers afin de reprendre le contrôle. Jeudi soir, les actions de certains particuliers sont vendues de force à des entreprises plus « sérieuses ».

Cependant ces internautes n’ont pas fini de faire parler d’eux, ils se sont déjà tournés vers d’autres entreprises comme « la chaîne de cinémas AMC qui a vu ses actions augmentées de 301% et dans une moindre mesure le fabriquant de logiciels BlackBerry qui a gagné 33% » constate l’article de La Voix Du Nord.

Lisa Lemardelé