De la Méditerranée au lycée Jeanne d’Arc

Le mardi 25 janvier 2022, des bénévoles de l’association SOS Méditerranée sont intervenus au Lycée Jeanne d’Arc dans le but d’informer sur leur démarche et de sensibiliser sur l’immigration et les dangers que subissent les migrants.

C’est à la suite du naufrage d’une embarcation le 3 octobre 2013, au large de l’île italienne de Lampedusa, faisant 366 victimes, que l’association SOS Méditerranée a été créée. Son but est de porter assistance à des personnes qui cherchent refuge en Europe, risquant leur vie au milieu de la Méditerranée, sur des embarcations de fortune surchargé. Pour ce faire, SOS Méditerranée applique un principe maritime international : porter assistance à toute personne en difficulté, peu importe leur origine, leur destination ou leur nationalité.

Grâce à l’implication de bénévole de toute nationalité et de toute profession, SOS Méditerranée peut aujourd’hui mettre en œuvre ses missions de sauvetage. Parmi ces bénévoles, quelques-uns sont venus présenter leurs actions en mer et à terre. En effet, le sauvetage en mer ne peut se faire sans action à terre. Sur ces bénévoles présents, témoignant de l’importance du droit dans leurs actions, un avocat était présent.

Pour mettre en œuvre ces sauvetages, SOS Méditerranée dispose aujourd’hui d’un navire : l’Ocean Viking. Cependant, ces opérations ont un coût : une journée de navigation sur ce navire coûte 14 000 €, sans compter l’implication de bénévoles. Toutefois, grâce à des dons seulement privés et à l’implication de bénévole en mer et à terre comme ceux intervenu au Lycée Jeanne d’Arc, que SOS Méditerranée à aujourd’hui sauvé plus de 35 000 migrants en mer. Pour aider à ces sauvetages, il sera organisé au Lycée Jeanne d’Arc une collecte de fonds.

Cependant, l’association fait face à des problèmes pour mener à bien ses opérations, aussi bien d’ordre financier que juridique. En effet, certains pays d’Europe refusent l’accueil des migrants et compliquent ainsi l’accès à leurs ports au navire de SOS Méditerranée et d’autres organisations d’aide aux migrants. Ce fut le cas du navire Sea Watch, qui accosta de force à Lampedusa en 2019. La capitaine du navire, Carola Rackete fut par la suite poursuivi par la justice italienne avant que son arrestation ne soit invalidée.

Cyriaque Périer & Emeline Hubert